• Innovations
  • 01.09.2022
  • 4 min

Connaissez-vous le Cercle de Sinner ?

Le Cercle de Sinner est l’association de 4 facteurs permettant d’obtenir un résultat de lavage optimal. Vous aimeriez en savoir plus sur le sujet ? Cet article est là pour vous éclairer !

Quels sont les 4 facteurs qui composent le Cercle de Sinner ?

Pour obtenir un résultat de lavage optimal les 4 facteurs indispensables sont :

  • La température de l’eau
  • L’action chimique
  • L’action mécanique
  • Le temps de contact

Grâce à la bonne interaction de tous ces paramètres, vous pourrez venir à bout des problèmes de nettoyage les plus tenaces de votre vaisselle et ainsi obtenir un résultat de lavage parfait et fiable en termes d’hygiène.

Comment fonctionne le Cercle de Sinner chez Winterhalter ?

Le concept global Winterhalter intègre ce principe fondamental du Cercle de Sinner. Cependant, pour atteindre un résultat de lavage optimal, nous prenons systématiquement en compte un cinquième facteur : la qualité de l’eau.

Ainsi, nous pouvons maîtriser chacune des variantes en paramétrant des cycles de lavage sur-mesure, adaptés aux besoins de chaque client grâce au respect des températures, des temps de contact, de la maîtrise du traitement de l’eau et de l’adaptation du produit lessiviel à chaque type de vaisselle.

Voici en détail les conditions nécessaires pour obtenir un résultat de lavage parfait à la propreté et l’hygiène irréprochables.

Premier facteur du Cercle de Sinner : la température de l’eau.

Pour que la vaisselle soit nettoyée parfaitement, l’eau doit être assez chaude. En effet, Si les couverts ou les assiettes sont particulièrement sales, il faut choisir une eau à haute température pour que le détergent puisse agir sur les résidus alimentaires ainsi que la graisse.

Lors d’un cycle de lavage moyen, la température minimale requise pour obtenir un résultat hygiénique est de 55°C. Durant le rinçage, la température de l’eau est un peu plus élevée, et doit être au minimum à 80 °C, pour garantir la propreté de la vaisselle. Mais des températures élevées peuvent aussi faire « ternir » les verres avec le temps. Une faible température doit être employée pour le lavage et le rinçage afin de protéger le verre ainsi que les décorations et liserés dorés : il est dans ce cas recommandé de ne pas dépasser 65 °C. 

Les exigences de température en fonction du type de lave-vaisselle sont rassemblées dans la norme DIN SPEC 10534, selon le tableau ci-dessous qui recommande de laver aux températures suivantes :

Zones

Température °C

Point de mesure

Eau de refroidissement - zone prélavage

Entre 25 et 40

Cuve de prélavage

Zone de prélavage

Entre 40 et 50

Cuve de prélavage

Zone de lavage

Entre 60 et 65 (55 pour les verres)

Cuve de lavage

Zone de pré-rinçage

Entre 60 et 70

Cuve de pré-rinçage

Zone de rinçage

Entre 80 et 85 (65 pour les verres)

Cuve de rinçage

Deuxième facteur du Cercle de Sinner : l’action chimique.

Il s’agit simplement de l’action d’une solution de produits lessiviels. Le choix du produit de lavage et de rinçage ainsi que le dosage est déterminant. En effet les produits lessiviels sélectionnés doivent être adaptés pour convenir à une utilisation dans des lave-verres et lave-vaisselle professionnels, et en aucun cas pour un usage domestique.

Utiliser des produits performants et professionnels, adaptés aux équipements, aux types et degrés de salissure et compatibles avec la vaisselle, permet d’éliminer efficacement la saleté pour garantir les meilleurs résultats en termes de propreté et d’hygiène.

Il importe également de choisir le bon dosage : en fonction du degré de salissures, une concentration suffisamment élevée de produits lessiviels doit être versée en dose constante pendant tout le processus de lavage et doit être également dosée avec exactitude. En effet un dosage inexact et irrégulier par ajout manuel de produits lessiviels amène le risque d’un surdosage, soit une concentration de détergent irrégulière et donc un résultat de lavage médiocre ou insastifaisant.

Troisième facteur du Cercle de Sinner : l’action mécanique.

L’action mécanique se divise en 2 cycles :

Le cycle de lavage :
Projection du produit lessiviel sur la vaisselle avec une pression constante et un débit continu de l’eau. La puissance de la pompe qui envoie l’eau dans le lave-vaisselle est importante afin que toute trace de saleté soit éliminée.

Le cycle de rinçage à l'eau claire (eau consommable) :
Elimination des particules de salissures et de l'eau de réservoir grâce à de l'eau claire et chaude contenant du produit de rinçage à faible pression. Le volume d’eau doit être suffisant pour rincer complètement la vaisselle, éliminant ainsi toute trace de détergent.

Quatrième facteur du Cercle de Sinner : le temps de contact.

Le temps de contact est considéré comme la phase allant du début du cycle de lavage au début du cycle de rinçage. La durée pendant laquelle la vaisselle sale est en contact avec le bain lessiviel, dépend du degré de salissures de la vaisselle à laver et de la puissance de la machine. Plus la vaisselle est sale, plus le cycle de lavage doit être long.

Pour obtenir un résultat hygiéniquement optimal, dans les lave-vaisselle dits « monocuve », le temps de contact minimum est de 90 secondes et pour les lave-vaisselle multizones à avancement automatique, le temps de contact minimum est de 120 secondes.

La qualité de l'eau : le cinquième élément indispensable pour un résultat de lavage optimal.

Une mauvaise qualité d’eau diminue l’efficacité des produits lessiviels, provoque l’encrassement de la vaisselle par le calcaire, mais aussi diminue les performances des machines par l’entartrage des éléments de chauffe dans le temps et, donc, augmente le risque d’insalubrité. A minima, l’eau doit être adoucie ou partiellement déminéralisée, au mieux osmosée ou totalement déminéralisée.

Ce n'est que si tous les paramètres expliqués ci-dessus sont remplis et sont également équilibrés qu’un résultat de lavage optimal peut être atteint. Lorsque l’un des 5 éléments est moins présent, il faut re-créer l’équilibre avec les autres facteurs restants.  


Rédigé par
Floriane GasquetChargée de Communication